10 choses à faire cet hiver au jardin!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce moment de calme, de ressourcement, où le jardin apparaît sous un tout autre jour.

Cette époque où le temps est différent : les jours sont pourtant les plus courts mais l’on n’est pas pressés, libérés d’une Nature vigoureuse et difficile à tenir. Les sons sont rares, la Vie calme et reposée, les allées et venues sont accompagnées de l’éternel compagnon du jardinier hivernal, j’ai nommé sieur Rouge-gorge.

Alors oui, il fait froid. Statistiquement parlant, les températures sont plus basses en cette saison, c’est un fait. So what ? On s’habille bien et quand on bouge on n’a pas froid. Ça marche à tout les coups 🙂

Cette période est souvent négligée alors qu’elle est fondamentale et tellement… différente. Elle permet de prendre le temps d’affiner son système, de l’observer sous un œil nouveau et de prendre de l’avance sur le printemps et le reste de l’année. Voyons ensemble les taches a effectuer cet hiver :

Lire la suite

Publicités

Stage de vannerie sauvage les 26 et 27 mars

vannerie sauvageToujours dans un esprit d’autonomie, de réappropriation des savoirs anciens en liens avec la Nature sauvage, Prise de Terre organise le week-end du 26 et 27 mars un stage original de vannerie sauvage et paysanne. Qu’est-ce à dire?

Basée sur des principes de cueillette de plantes sauvages, la vannerie paysanne a pour but de créer des objets usuels et/ou décoratifs en lien avec notre quotidien.

La diversité des végétaux récoltés permet de créer des gammes de formes et de couleurs aussi riches que variées : paniers, coupes à fruits, chapeaux, nichoirs à oiseaux, décorations de tous ordre et même… des ruches!

yeUJqmdbrQubzkukOTrQdta77gs

Deux techniques seront utilisées :

  • la vannerie dite « spiralée » dans laquelle on utilise la ronce et la molinie, pour créer par exemple des contenants appelés « paillassous », utilisés pour faire lever le pain
  • la vannerie sur arceaux, faisant intervenir toute une diversité de plantes sauvages comme le noisetier, le châtaignier, la bourdaine ou encore la clématite et la ronce.

La première journée sera en partie consacrée à la théorie et la cueillette : quoi? où? pourquoi? Après une ballade aux alentours nous verrons que les abords des prés et forêts sont toujours aussi riches en ressources!

A la fin du deuxième jour, vous repartez avec vos créations.

La formation aura lieue sur le site de la Ferme des Escuroux et sera délivrée par Pierre Contamine : passionné du végétal, formateur en production de petits fruits, greffage, initié à la vannerie sauvage par Bernard Bertrand et pratiquant depuis des années.

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 50€/jour

Vous trouverez ici un bulletin d’inscription en ligne.

Après cette étape, ainsi que la réception d’un chèque d’acompte de 25€/jour de formation (chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour :

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …).

 

Merci de nous faire part d’un éventuel désistement au moins 3 semaines avant la formation prévue pour que nous puissions gérer la liste d’attente).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

13 et 14 février : Concevoir sa forêt fruitière par le greffage « sauvage »

jardin-forêtNous vous proposons les 13 et 14 février 2 jours exceptionnels : une cession de formation sur la création de forêt-jardin orientée « sauvage » aura lieue sur le site de la ferme des Escuroux.

La forêt-jardin (ou forêt fruitière ou jardin-forêt ou jardin-verger) est composée d’arbres fruitiers, d’arbustes et d’arbrisseaux à fruits, baies et coques ainsi que de légumes vivaces, tubercules, plantes aromatiques, couvre-sols, champignons, grimpantes comestibles, ce qui en fait potentiellement l’une des structures les plus productives/m² qui soit!

Or, les porte-greffes de nos fruitiers modernes sont des variétés sélectionnées pour rendre les arbres plus faibles. Cela induit une mise à fruit plus rapide et des arbres plus petits mais chaque avantage à ses inconvénients! Cela provoque en effet un réseau racinaire de surface et donc des arbres moins autonomes en eau et en minéraux, plus facilement malades et d’une durée de vie bien inférieure.

Savez-vous que l’on peux à peu près tout greffer sur les arbres sauvages et ainsi rendre productif friches, landes, causses, garrigues et maquis?

Par le greffage de ces indigènes forcément très bien adaptées à leur terroir, on peut faire profusion de fruitiers gratuitement. On évite également plantations, arrosages, entretiens divers, et on gagne de précieuses années!

Voici donc 2 jours pour apprendre la modernité du concept de permaculture appliqué à la forêt-jardin et retrouver les gestes d’autrefois pour créer l’abondance!

Samedi :

  • lecture paysagère, étude de sol

  • choix et agencement des variétés selon l’étage, le sol, le climat, la phytosociologie

  • plantation, maintenance

  • récolte, transformation, multiplication

Dimanche :

  • le greffage : vison, théorie, les différents types de greffage, époques, variétés
  • pratique : sur place sur fruitiers sauvages et porte-greffes, nous verrons aussi l’art de bien affuter ses outils!

Nous visiterons un (jeune) système multi étagé incluant forêt-jardin linéaire composée d’arbres fruitiers, d’arbustes, de légumes vivaces et d’aromatiques, conçu avec une irrigation gravitaire par baissières. Un système mixant production fruitière, légumière et pâturage pour ovins.

Intervenants :

  • Pierre Contamine : passionné du végétal, pépiniériste et formateur en production de petits fruits
  • Mathieu Foudral : paysagiste, formateur en Permaculture et Agroécologie

 

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 50€/jour

Vous trouverez ici un bulletin d’inscription en ligne.

Après cette étape, ainsi que la réception d’un chèque d’acompte de 25€/jour de formation (chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour :

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …).

 

Merci de nous faire part d’un éventuel désistement au moins 3 semaines avant la formation prévue pour que nous puissions gérer la liste d’attente).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

 

Stage de taille douce le dimanche 31 janvier 2016

12310413_10153693725769178_1785619034889686728_nLa taille des fruitiers fait partie des sujets à polémiques : il y a les pour, les contres, les prudents, les bûcherons et toute une séries de façon de tailler différentes.

Nous vous proposons ici une méthode dite de taille douce (voir article), testée pour vous depuis des années et qui a fait ses preuves.

Cette méthode respecte et suis la forme naturelle de l’arbre, sa physiologie, sa production fruitière. Elle est avant tout basée sur des principes simples et de l’observation. Elle permet un travail en douceur, sans perturbations pour l’arbre et permet une mise à fruits importante et des fruits en bonne santé.

Dans le même esprit nous aborderons une problématique souvent rencontrée : comment sauver un vieux pommier, oublié des sécateurs depuis des années? Sujet précieux mais fragile s’il en est, son entretien nécessite une attention particulière, mais permet de lui redonner un coup de jeune et de le conserver encore de nombreuses années.

Nous verrons également les différences fondamentales entre la taille des fruitiers à pépins, à noyaux, les petits fruits, les arbres palissés etc.

La mise en pratique se fera sur la ferme des Escuroux (sud cantal, limite aveyron et lot) et localement : taille de formation des jeunes sujets, restructuration de vieux arbres, fruitiers palissés, sujets en pleine production, etc.

Pensez à prendre bottes, vêtements chauds, sécateurs et votre bonne humeur!

 

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 50€/jour

Vous trouverez ici un bulletin d’inscription en ligne.

Après cette étape, ainsi que la réception d’un chèque d’acompte de 25€/jour de formation (chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour :

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …).

 

Merci de nous faire part d’un éventuel désistement au moins 3 semaines avant la formation prévue pour que nous puissions gérer la liste d’attente).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

Transition permacole au jardin : épisode 1

Prise de Terre

Ceci est l’histoire d’un jardin et surtout d’une jardinière.

Les années s’écoulent paisiblement dans ce petit havre de paix du sud de la châtaigneraie cantalienne. Le potager familial, accompagné de son comparse le verger mènent leur vie de patachons, choyés qu’ils sont par une jardinière volontaire et travailleuse. Mais le temps est ingrat et les mains de la jardinière la font de plus en plus souffrir, le plaisir du jardin devenant travail avant de terminer corvée. Les herbes indésirables et bien avisées se font un malin plaisir à pousser de plus belle. Les tontes se faisant également plus rares, elles en deviennent longues et harassantes. Les arbustes deviennent vite trop haut, trop durs à tailler pour ces mains fatiguées…

Les potagers à l’ancienne, et je parle des années 70/80/90, sont des copiés-collés de l’agriculture de cette époque : intensive, interventionniste, chimique. Ma foi forts productifs mais au prix d’une dépense en eau, énergétique, pétrolière et chimique bien lourde à supporter. Et je n’ai pas parlé de la pollution…

Les temps changent, les mœurs se transforment et les priorités évoluent.

Je vous propose un exemple concret de transition d’un système classique vers un système nourricier beaucoup plus rentable en terme d’énergie injectée/énergie récoltée. Un jardin plus simple, moins fastidieux, limitant au maximum les interventions. Un outil de production efficace tirant sa plus-value des synergies mises en places grâce à la conception, un système quasi autonome et ne produisant aucuns déchets.

Lire la suite

Ne changeons pas de climat, changeons d’agriculture!

agricultural_optimisation_by_eintoern-d8zw804 Dans la lignée des thématiques mainstream en vogue, l’écologie climato-centrée a la part belle. Principalement en vue de préparer les esprits à la conférence sur le climat COP21 qui aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

Pour lutter contre le dérèglement climatique, on nous vend que toutes les initiatives se valent, tous ensemble pour le climat ! Oui, mais le péquin moyen, urbain et surtout s’il est pauvre, n’a pas grand-chose à faire à part regarder l’eau monter… Une fois de plus, les principaux responsables, figures sans visages du « système » (voir les mécènes de la COP21) profitent de cette occasion pour se refaire une image verte (avec une feuille sur le logo en haut à droite) et certains de tenter de nous vendre de fausses solutions technologiques à des problèmes technologiques. Histoire de manger encore sur le mort…

Mais comme dit Bill Mollison, co-père de la permaculture,  « Alors que les problèmes du monde sont de plus en plus compliqués, leurs solutions sont honteusement simples ».

Solutions ? Une fois de plus la sobriété, ce qui ne plaira pas aux mécènes cités plus haut. Et puis il s’agit de savoir d’où vient ce carbone qui met le bazar sur notre planète… dans tous les cas de figures, il vient de sous nos pieds.

Au sens strict, l’agriculture produit 10% à 12% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’origine humaine. Mais, si l’on inclut la déforestation des forêts tropicales (notamment pour produire de l’huile de palme ou du soja) ou l’urbanisation (artificialisation et perte des terres agricoles), ce chiffre grimpe jusqu’à 24%, selon le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Un quart des émissions de gaz à effet de serre ! alors que le terme «agriculture» ne figure qu’une seule fois dans le texte de négociations pour la COP21 de Paris validé à Genève en février dernier !

Dans cette super conférence qui va sauver la planète financée par ceux qui la détruisent on fait donc l’impasse sur 1/4 du problème de fond.

Heureusement, les solutions sont et restent honteusement simples, et en exclusivité, Prise de Terre va vous dire comment sauver le monde.

Lire la suite

24 et 25 octobre : Introduction à la permaculture « conception de potager »!

d3533b1b53832641518cbcbcac9b9a00

« La permaculture est une révolution déguisée en jardinage » Mike Feingold

C’est l’automne et l’heure du bilan du jardin. « Bof. 2015 fut une année moyenne : mon potager n’a pas donné grand chose, il a souffert de la sècheresse et je me suis cassé le dos à l’entretenir. Je voudrais aller vers une transition en permaculture mais je ne sais pas trop par quoi commencer…« .

Ça tombe bien, cette formation est faite pour vous.

En tant que science de conception de systèmes (vivriers par exemple), la permaculture vous aidera à créer un potager multi-étagé fonctionnel et productif. Ce dernier vous demandera beaucoup moins de travail de désherbage et d’arrosage pour une productivité accrue.

En priorisant certaines zones, en optimisant les déplacements, et en créant des structures adéquates, vous rentabiliserez chaque m² de jardin!

Fini de vivre chacun de son côté, rabibochez la Nature et votre jardin! Transformez votre potager-à-la-papa en un  écosystème cultivé, riche, productif et résilient grâce à la permaculture!

Zaytuna_garden_0418

Contenu des 2 jours

Alternants fondement théoriques et travaux pratiques, seront abordés :

  • L’historique et définition(s)
  • L’éthique
  • Les principes
  • Visite du lieu et étude des cas concrets
  • Le design
  • Le jardin-forêt
  • La permaculture « humaine »
  • Etude participative des projets des stagiaires
  • La permaculture en france et à l’internationale.

La pratique!

Nous aborderons le cas concret d’un potager « classique »  à conduire vers la transition permaculturelle :

  • étude des besoins et objectifs du propriétaire, observation (sol, climat, exposition, bordures, ressources, limites) et analyse
  • organisation des accès (allées, key-holes)
  • création de buttes auto-fertiles
  • mulchs divers et variés
  • gestion des arbres, arbustes et vivaces dans un potager (implantation, taille, greffe)
  • gestion de l’eau

key hole

NB : Du jardin en automne? et pourquoi pas en hiver?

Parce que c’est le moment :

  • votre jardin s’est considérablement vidé de ses légumes
  • vous avez encore la tête à ça et pas encore embrouillée de vapeurs de champagne et de relents de foie gras
  • la terre est encore assez sèche et pas encore destructurée par les gels successifs
  • il y a encore un peu de lumière en fin d’après-midi
  • une fois le printemps arrivé, le sol se sera déjà structuré et les différents horizons  seront en place pour attaquer une année d’abondance….

Informations pratiques

La formation aura donc lieue les 24 et 25 octobre à Cayrols en sud cantal => lien google maps, de 9h00 à 17h30.

Le repas sera tiré du sac et pris en commun.

Pensez à prendre des affaires chaudes et imperméables (sait-on jamais…)

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 45€/jour

Vous trouverez ici un bulletin de préinscription en ligne.

Après cette préinscription, ainsi que la réception d’un chèque d’arrhes de 20€/jour de formation (que nous n’encaisserons pas et vous rendrons le jour du stage, chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour:

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

Pour plus d’informations, nous contacter au 06 19 84 90 67.