13 et 14 février : Concevoir sa forêt fruitière par le greffage « sauvage »

jardin-forêtNous vous proposons les 13 et 14 février 2 jours exceptionnels : une cession de formation sur la création de forêt-jardin orientée « sauvage » aura lieue sur le site de la ferme des Escuroux.

La forêt-jardin (ou forêt fruitière ou jardin-forêt ou jardin-verger) est composée d’arbres fruitiers, d’arbustes et d’arbrisseaux à fruits, baies et coques ainsi que de légumes vivaces, tubercules, plantes aromatiques, couvre-sols, champignons, grimpantes comestibles, ce qui en fait potentiellement l’une des structures les plus productives/m² qui soit!

Or, les porte-greffes de nos fruitiers modernes sont des variétés sélectionnées pour rendre les arbres plus faibles. Cela induit une mise à fruit plus rapide et des arbres plus petits mais chaque avantage à ses inconvénients! Cela provoque en effet un réseau racinaire de surface et donc des arbres moins autonomes en eau et en minéraux, plus facilement malades et d’une durée de vie bien inférieure.

Savez-vous que l’on peux à peu près tout greffer sur les arbres sauvages et ainsi rendre productif friches, landes, causses, garrigues et maquis?

Par le greffage de ces indigènes forcément très bien adaptées à leur terroir, on peut faire profusion de fruitiers gratuitement. On évite également plantations, arrosages, entretiens divers, et on gagne de précieuses années!

Voici donc 2 jours pour apprendre la modernité du concept de permaculture appliqué à la forêt-jardin et retrouver les gestes d’autrefois pour créer l’abondance!

Samedi :

  • lecture paysagère, étude de sol

  • choix et agencement des variétés selon l’étage, le sol, le climat, la phytosociologie

  • plantation, maintenance

  • récolte, transformation, multiplication

Dimanche :

  • le greffage : vison, théorie, les différents types de greffage, époques, variétés
  • pratique : sur place sur fruitiers sauvages et porte-greffes, nous verrons aussi l’art de bien affuter ses outils!

Nous visiterons un (jeune) système multi étagé incluant forêt-jardin linéaire composée d’arbres fruitiers, d’arbustes, de légumes vivaces et d’aromatiques, conçu avec une irrigation gravitaire par baissières. Un système mixant production fruitière, légumière et pâturage pour ovins.

Intervenants :

  • Pierre Contamine : passionné du végétal, pépiniériste et formateur en production de petits fruits
  • Mathieu Foudral : paysagiste, formateur en Permaculture et Agroécologie

 

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 50€/jour

Vous trouverez ici un bulletin d’inscription en ligne.

Après cette étape, ainsi que la réception d’un chèque d’acompte de 25€/jour de formation (chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour :

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …).

 

Merci de nous faire part d’un éventuel désistement au moins 3 semaines avant la formation prévue pour que nous puissions gérer la liste d’attente).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

 

Transition permacole au jardin : épisode 1

Prise de Terre

Ceci est l’histoire d’un jardin et surtout d’une jardinière.

Les années s’écoulent paisiblement dans ce petit havre de paix du sud de la châtaigneraie cantalienne. Le potager familial, accompagné de son comparse le verger mènent leur vie de patachons, choyés qu’ils sont par une jardinière volontaire et travailleuse. Mais le temps est ingrat et les mains de la jardinière la font de plus en plus souffrir, le plaisir du jardin devenant travail avant de terminer corvée. Les herbes indésirables et bien avisées se font un malin plaisir à pousser de plus belle. Les tontes se faisant également plus rares, elles en deviennent longues et harassantes. Les arbustes deviennent vite trop haut, trop durs à tailler pour ces mains fatiguées…

Les potagers à l’ancienne, et je parle des années 70/80/90, sont des copiés-collés de l’agriculture de cette époque : intensive, interventionniste, chimique. Ma foi forts productifs mais au prix d’une dépense en eau, énergétique, pétrolière et chimique bien lourde à supporter. Et je n’ai pas parlé de la pollution…

Les temps changent, les mœurs se transforment et les priorités évoluent.

Je vous propose un exemple concret de transition d’un système classique vers un système nourricier beaucoup plus rentable en terme d’énergie injectée/énergie récoltée. Un jardin plus simple, moins fastidieux, limitant au maximum les interventions. Un outil de production efficace tirant sa plus-value des synergies mises en places grâce à la conception, un système quasi autonome et ne produisant aucuns déchets.

Lire la suite

Ne changeons pas de climat, changeons d’agriculture!

agricultural_optimisation_by_eintoern-d8zw804 Dans la lignée des thématiques mainstream en vogue, l’écologie climato-centrée a la part belle. Principalement en vue de préparer les esprits à la conférence sur le climat COP21 qui aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

Pour lutter contre le dérèglement climatique, on nous vend que toutes les initiatives se valent, tous ensemble pour le climat ! Oui, mais le péquin moyen, urbain et surtout s’il est pauvre, n’a pas grand-chose à faire à part regarder l’eau monter… Une fois de plus, les principaux responsables, figures sans visages du « système » (voir les mécènes de la COP21) profitent de cette occasion pour se refaire une image verte (avec une feuille sur le logo en haut à droite) et certains de tenter de nous vendre de fausses solutions technologiques à des problèmes technologiques. Histoire de manger encore sur le mort…

Mais comme dit Bill Mollison, co-père de la permaculture,  « Alors que les problèmes du monde sont de plus en plus compliqués, leurs solutions sont honteusement simples ».

Solutions ? Une fois de plus la sobriété, ce qui ne plaira pas aux mécènes cités plus haut. Et puis il s’agit de savoir d’où vient ce carbone qui met le bazar sur notre planète… dans tous les cas de figures, il vient de sous nos pieds.

Au sens strict, l’agriculture produit 10% à 12% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’origine humaine. Mais, si l’on inclut la déforestation des forêts tropicales (notamment pour produire de l’huile de palme ou du soja) ou l’urbanisation (artificialisation et perte des terres agricoles), ce chiffre grimpe jusqu’à 24%, selon le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Un quart des émissions de gaz à effet de serre ! alors que le terme «agriculture» ne figure qu’une seule fois dans le texte de négociations pour la COP21 de Paris validé à Genève en février dernier !

Dans cette super conférence qui va sauver la planète financée par ceux qui la détruisent on fait donc l’impasse sur 1/4 du problème de fond.

Heureusement, les solutions sont et restent honteusement simples, et en exclusivité, Prise de Terre va vous dire comment sauver le monde.

Lire la suite

19 et 20 septembre aux Escuroux : « Concevoir sa forêt-jardin : un espace d’abondance inspiré de la Nature »

forêt-jardinFini le potager à la papa, nous vous proposons de changer d’ère et d’imaginer un espace nourricier inclusif, autonome et très productif. Nous vous invitons ni plus ni moins à passer à une agriculture de cueillette!

La forêt-jardin (ou forêt fruitière ou jardin-forêt ou jardin-verger ou …) est composée d’arbres fruitiers, d’arbustes et d’arbrisseaux à fruits, baies et coques ainsi que de légumes vivaces, tubercules, plantes aromatiques, couvre-sols, champignons, grimpantes comestibles, ce qui en fait potentiellement l’une des structures les plus productives/m² qui soit!

bkyrdabdce

Nous apprendrons à concevoir un plan dans les règles de l’art de la permaculture et nous verrons différentes techniques et savoirs-faire inhérents à ce lieu d’abondance :

  • lecture paysagère, étude de sol

  • choix et agencement des variétés selon l’étage, le sol, le climat, la phytosociologie

  • plantation, maintenance (taille, éclaircissage, greffage, sur-greffage)

  • récolte, transformation, multiplication

Nous verrons sur place l’exemple (jeune) d’un système multi étagé incluant forêt-jardin linéaire composée d’arbres fruitiers, d’arbustes, de légumes vivaces et d’aromatiques, conçu avec une irrigation gravitaire par baissières. Un système mixant production fruitière, légumière et pâturage pour ovins.

guilde fjAu niveau pratique nous apprendrons comment déterminer les courbes de niveau et travailler avec la pente pour la gestion de l’eau, nous multiplierons à l’envie (bouturage, divisions diverses), planterons vivaces, légumes pérennes et porte-greffes, nous pourrons également commencer la taille de certains fruitiers.

D’autres informations sur ce concept ainsi que son application in situ, aux Escuroux :

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 45€/jour

Vous trouverez ici un bulletin de préinscription en ligne.

Après cette préinscription, ainsi que la réception d’un chèque d’arrhes de 20€/jour de formation (que nous n’encaisserons pas et vous rendrons le jour du stage, chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour:

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …). Le camping est également possible sur la ferme, nous le faire savoir.

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

Des légumes en plein hiver

espn_winter_02_905Qui ne s’est jamais vu sortir le nez de son trou à partir seulement d’une somme cumulée de 30 jours sans pluie et d’une température moyenne de 20 degrés? Cultiver vitevite des légumes d’été pleins d’eau style tomates cerises et salades pour accompagner barbecues et rosés, et rentrer hiberner au mois de septembre parce qu’il fait froid, c’est la rentrée et puis-j’ai-pas-que-ça-à-faire? Mais ça, c’était avant.

Pourquoi? d’abord parce que vous allez lire ce modeste billet qui vous expliquera qu’on peut cultiver une grande quantité de légumes pour se nourrir même pendant la saison froide. Ensuite parce qu’il est temps de se prendre en main (et sa nourriture) toute l’année et ce, même en dehors de la saison du Tour de France. Car gardez toujours à l’esprit que l’Hiver arrive… Lire la suite

18 et 19 juillet : week-end d’application en permaculture

DSC01132La permaculture on en parle beaucoup, on fait des livres, des vidéos, des conférences, des sites etc. So what?

Tous les retours que j’ai depuis que j’enseigne la permaculture sont unanimes : on veut du concret!

Et bien figurez-vous que c’est la raison d’être de la la ferme des Escuroux : un lieu d’expérimentation des différents principes, techniques et visions de la permaculture. De nombreux éléments, tous sources d’observation et d’apprentissage ont été mis en place suivant un design mûrement réfléchi : agroforesterie, jardin-forêt, petit élevage (avec une réflexion de fond sur la gestion globale des pâtures), 500 mètres linéaires de haies comestibles et multifonctionnelles, potager sur buttes, légumes vivaces etc.

Alors, assez de blabla : sur le site de la ferme des Escuroux, nous mettons la main à la pâte pendant 2 jours! Alliant cours et pratique, nous verrons une large gamme de techniques de permaculture et d’agroécologie :

  • jardinage sur buttes : nous étudierons et fabriquerons différentes buttes (auto-fertile, lasagnes, buttes-terrasses). Nous travaillerons avec les courbes de niveau pour optimiser la gestion de l’eau et nous verrons comment optimiser ses cultures et gérer ses rotations.

Jardins en buttes à l'écocentre du périgord

  • multiplications : semis, boutures, greffes : légumes vivaces, fruitiers, plantes annuelles et autres bulbes comestibles : vous n’irez plus jamais à la jardinerie!

  • culture de champignons sur billons, paille : shiitakés, pleurotes. C’est une production originale envisagée depuis la création du lieu,  nous sommes heureux de la démarrer avec vous!

credit : Permaforêt

  • compostage selon les règles de l’Art : nous créerons différents composts et verrons les fondamentaux pour amener de la fertilité dans vos vies et recycler vos « ressources » : compost ménager, compost de toilettes sèches, compostage de surface, thé de compost, etc.

Ces 2 jours seront également l’occasion de partager vos d’expériences, questionnements, réflexions!

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 45€/jour

Vous trouverez ici un bulletin de préinscription en ligne.

Après cette préinscription, ainsi que la réception d’un chèque d’arrhes de 20€/jour de formation (que nous n’encaisserons pas et vous rendrons le jour du stage, chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour:

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …). Le camping est également possible sur la ferme, nous le faire savoir.

Merci de nous faire part d’un éventuel désistement au moins 3 semaines avant la formation prévue pour que nous puissions gérer la liste d’attente).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

Les plantes comme un livre…

leaves_journal_by_gildbookbinders

Depuis la séparation de l’Humain et de la Nature (il y a peu) et l’avènement de l’ère industrielle, le dialogue intime entre ceux qui marchent debout et leur écosystème a été brisé. Nous sommes devenus sourds et aveugles à notre entourage a tel point que nous détruisons les chances mêmes de notre espèce à se perpétuer sur Terre.

Un exemple de cet autisme est l’incapacité absolue à voir les messages que nous transmet notre environnement que ce soit au niveau planétaire mais également et surtout juste là, sous nos pieds. Car la Nature est un grand livre, qui nous parle de mille façons :  sons, goûts, odeurs, vue. Il y a bien d’autres sens encore plus subtils qui se sont fermés à nous mais je m’éloignerais dans des sphères où je n’ai guère ma place…

Ce que nous prenons comme factuel est en fait un message. Tout est message : la couleur d’une rivière après la pluie, ce vent d’ouest qui se lève, la présence de telle ou telle plante, insecte, animal en cet endroit, de même que son absence,… Prendre conscience que c’est un message est déjà une chose, en tirer un enseignement en est une autre.

Je vous propose une très succincte présentation de ce langage primordial des plantes bioindicatrices, tellement riche d’enseignements qu’il en devient pour moi une science à part entière, une autre façon de connaître son environnement, ses potentialités et ses déséquilibres. Lire la suite