10 choses à faire cet hiver au jardin!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce moment de calme, de ressourcement, où le jardin apparaît sous un tout autre jour.

Cette époque où le temps est différent : les jours sont pourtant les plus courts mais l’on n’est pas pressés, libérés d’une Nature vigoureuse et difficile à tenir. Les sons sont rares, la Vie calme et reposée, les allées et venues sont accompagnées de l’éternel compagnon du jardinier hivernal, j’ai nommé sieur Rouge-gorge.

Alors oui, il fait froid. Statistiquement parlant, les températures sont plus basses en cette saison, c’est un fait. So what ? On s’habille bien et quand on bouge on n’a pas froid. Ça marche à tout les coups 🙂

Cette période est souvent négligée alors qu’elle est fondamentale et tellement… différente. Elle permet de prendre le temps d’affiner son système, de l’observer sous un œil nouveau et de prendre de l’avance sur le printemps et le reste de l’année. Voyons ensemble les taches a effectuer cet hiver :

Lire la suite

Transition permacole au jardin : épisode 1

Prise de Terre

Ceci est l’histoire d’un jardin et surtout d’une jardinière.

Les années s’écoulent paisiblement dans ce petit havre de paix du sud de la châtaigneraie cantalienne. Le potager familial, accompagné de son comparse le verger mènent leur vie de patachons, choyés qu’ils sont par une jardinière volontaire et travailleuse. Mais le temps est ingrat et les mains de la jardinière la font de plus en plus souffrir, le plaisir du jardin devenant travail avant de terminer corvée. Les herbes indésirables et bien avisées se font un malin plaisir à pousser de plus belle. Les tontes se faisant également plus rares, elles en deviennent longues et harassantes. Les arbustes deviennent vite trop haut, trop durs à tailler pour ces mains fatiguées…

Les potagers à l’ancienne, et je parle des années 70/80/90, sont des copiés-collés de l’agriculture de cette époque : intensive, interventionniste, chimique. Ma foi forts productifs mais au prix d’une dépense en eau, énergétique, pétrolière et chimique bien lourde à supporter. Et je n’ai pas parlé de la pollution…

Les temps changent, les mœurs se transforment et les priorités évoluent.

Je vous propose un exemple concret de transition d’un système classique vers un système nourricier beaucoup plus rentable en terme d’énergie injectée/énergie récoltée. Un jardin plus simple, moins fastidieux, limitant au maximum les interventions. Un outil de production efficace tirant sa plus-value des synergies mises en places grâce à la conception, un système quasi autonome et ne produisant aucuns déchets.

Lire la suite

24 et 25 octobre : Introduction à la permaculture « conception de potager »!

d3533b1b53832641518cbcbcac9b9a00

« La permaculture est une révolution déguisée en jardinage » Mike Feingold

C’est l’automne et l’heure du bilan du jardin. « Bof. 2015 fut une année moyenne : mon potager n’a pas donné grand chose, il a souffert de la sècheresse et je me suis cassé le dos à l’entretenir. Je voudrais aller vers une transition en permaculture mais je ne sais pas trop par quoi commencer…« .

Ça tombe bien, cette formation est faite pour vous.

En tant que science de conception de systèmes (vivriers par exemple), la permaculture vous aidera à créer un potager multi-étagé fonctionnel et productif. Ce dernier vous demandera beaucoup moins de travail de désherbage et d’arrosage pour une productivité accrue.

En priorisant certaines zones, en optimisant les déplacements, et en créant des structures adéquates, vous rentabiliserez chaque m² de jardin!

Fini de vivre chacun de son côté, rabibochez la Nature et votre jardin! Transformez votre potager-à-la-papa en un  écosystème cultivé, riche, productif et résilient grâce à la permaculture!

Zaytuna_garden_0418

Contenu des 2 jours

Alternants fondement théoriques et travaux pratiques, seront abordés :

  • L’historique et définition(s)
  • L’éthique
  • Les principes
  • Visite du lieu et étude des cas concrets
  • Le design
  • Le jardin-forêt
  • La permaculture « humaine »
  • Etude participative des projets des stagiaires
  • La permaculture en france et à l’internationale.

La pratique!

Nous aborderons le cas concret d’un potager « classique »  à conduire vers la transition permaculturelle :

  • étude des besoins et objectifs du propriétaire, observation (sol, climat, exposition, bordures, ressources, limites) et analyse
  • organisation des accès (allées, key-holes)
  • création de buttes auto-fertiles
  • mulchs divers et variés
  • gestion des arbres, arbustes et vivaces dans un potager (implantation, taille, greffe)
  • gestion de l’eau

key hole

NB : Du jardin en automne? et pourquoi pas en hiver?

Parce que c’est le moment :

  • votre jardin s’est considérablement vidé de ses légumes
  • vous avez encore la tête à ça et pas encore embrouillée de vapeurs de champagne et de relents de foie gras
  • la terre est encore assez sèche et pas encore destructurée par les gels successifs
  • il y a encore un peu de lumière en fin d’après-midi
  • une fois le printemps arrivé, le sol se sera déjà structuré et les différents horizons  seront en place pour attaquer une année d’abondance….

Informations pratiques

La formation aura donc lieue les 24 et 25 octobre à Cayrols en sud cantal => lien google maps, de 9h00 à 17h30.

Le repas sera tiré du sac et pris en commun.

Pensez à prendre des affaires chaudes et imperméables (sait-on jamais…)

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 45€/jour

Vous trouverez ici un bulletin de préinscription en ligne.

Après cette préinscription, ainsi que la réception d’un chèque d’arrhes de 20€/jour de formation (que nous n’encaisserons pas et vous rendrons le jour du stage, chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour:

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

Pour plus d’informations, nous contacter au 06 19 84 90 67.

18 et 19 juillet : week-end d’application en permaculture

DSC01132La permaculture on en parle beaucoup, on fait des livres, des vidéos, des conférences, des sites etc. So what?

Tous les retours que j’ai depuis que j’enseigne la permaculture sont unanimes : on veut du concret!

Et bien figurez-vous que c’est la raison d’être de la la ferme des Escuroux : un lieu d’expérimentation des différents principes, techniques et visions de la permaculture. De nombreux éléments, tous sources d’observation et d’apprentissage ont été mis en place suivant un design mûrement réfléchi : agroforesterie, jardin-forêt, petit élevage (avec une réflexion de fond sur la gestion globale des pâtures), 500 mètres linéaires de haies comestibles et multifonctionnelles, potager sur buttes, légumes vivaces etc.

Alors, assez de blabla : sur le site de la ferme des Escuroux, nous mettons la main à la pâte pendant 2 jours! Alliant cours et pratique, nous verrons une large gamme de techniques de permaculture et d’agroécologie :

  • jardinage sur buttes : nous étudierons et fabriquerons différentes buttes (auto-fertile, lasagnes, buttes-terrasses). Nous travaillerons avec les courbes de niveau pour optimiser la gestion de l’eau et nous verrons comment optimiser ses cultures et gérer ses rotations.

Jardins en buttes à l'écocentre du périgord

  • multiplications : semis, boutures, greffes : légumes vivaces, fruitiers, plantes annuelles et autres bulbes comestibles : vous n’irez plus jamais à la jardinerie!

  • culture de champignons sur billons, paille : shiitakés, pleurotes. C’est une production originale envisagée depuis la création du lieu,  nous sommes heureux de la démarrer avec vous!

credit : Permaforêt

  • compostage selon les règles de l’Art : nous créerons différents composts et verrons les fondamentaux pour amener de la fertilité dans vos vies et recycler vos « ressources » : compost ménager, compost de toilettes sèches, compostage de surface, thé de compost, etc.

Ces 2 jours seront également l’occasion de partager vos d’expériences, questionnements, réflexions!

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 45€/jour

Vous trouverez ici un bulletin de préinscription en ligne.

Après cette préinscription, ainsi que la réception d’un chèque d’arrhes de 20€/jour de formation (que nous n’encaisserons pas et vous rendrons le jour du stage, chèque à l’ordre de Mathieu Foudral, les Escuroux 15290 Cayrols), vous recevrez en retour:

  • un descriptif plus détaillé du stage 
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …). Le camping est également possible sur la ferme, nous le faire savoir.

Merci de nous faire part d’un éventuel désistement au moins 3 semaines avant la formation prévue pour que nous puissions gérer la liste d’attente).

Note : les chiens sont interdits sur le site, merci de votre compréhension.

Introduction à la permaculture aux Escuroux, les 6 et 7 juin 2015

SAMSUNG

La Permaculture

La permaculture est une science de création de systèmes autonomes et durables. Ces systèmes peuvent être bien entendus agricoles et nourriciers, mais les principes peuvent être adaptés également aux systèmes humains : vie collective, entreprise, famille…

La permaculture se base sur les savoirs des sociétés traditionnelles (de même que sur les dernières avancées scientifiques en systémique, biologie, botanique, bio-climatisme) ainsi que sur le fonctionnement des écosystèmes naturels, gages de production et de résilience…

Le lieu

IMG_9021

La ferme des Escuroux est une ferme permaculturelle « sur le chemin ». L’objectif à court terme est de se rapprocher de l’autonomie alimentaire et d’expérimenter différentes techniques novatrices : permaculture, agroécologie, agriculture régénérative, gestion de l’eau, des forêts, éco-construction, apiculture. Son objectif est d’être un lieu de production (petit élevage, arboriculture fruitière, maraîchage « familial », cueillettes diverses, transformation), ainsi qu’un lieu de rencontre, de formation, d’expérimentation.

Située au cœur de la châtaigneraie auvergnate, la ferme des Escuroux étonne tout d’abord par son côté préservé : nichée au creux d’une forêt, longée par un ruisseau, entourée de vieux bâtiments de granite, l’ensemble reste très intégré à son environnement.

Comme un pont entre 2 agricultures, la ferme des Escuroux ambitionne de montrer ce qu’une gestion suivant les principes de la permaculture (et du bon sens) peux donner en terme de régénération des sols, de développement de la biodiversité et de productions de qualité et de quantité ramenées à une même unité de surface. Car il ne s’agit pas ici de parler en rendement à l’hectare mais bien de productions au m2 : Petits fruits, baies diverses, légumes vivaces, fruits à coques, fruitiers classiques et « exotiques », champignons, moutons, basse-cour, pépinière, etc.

Activistes de la reforestation « comestible », ce sont près de 300 mètres linéaires de haies fruitières multi-étagées qui ont été plantées en 2 ans.

Une redécouverte des anciennes techniques d’irrigation gravitaire ainsi qu’une réfection des anciens canaux, biefs et mares sont en cours.

Un important chantier d’autoconstruction comprenant isolation, enduits naturels ainsi qu’un projet d’autonomie énergétique est également en cours.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ces deux jours d’introduction à la permaculture seront illustrés d’exemples d’applications in situ. C’est souvent ce qui peut manquer à ce genre d’initiation, c’est ce que nous proposons sur la ferme :

  • verger multi-étagé de 90ml, plantée sur des baissières,
  • Système d’irrigation gravitaire,
  • petit élevage ovin
  • Spirale aromatique,
  • grande diversité botanique comestible,
  • haies fruitières multi-fonctionnelles,
  • chantiers en cours d’auto-éco-construction,
  • greffage de fruitiers sauvages,
  • pépinière (en cours) de variétés fruitières…

DSC01135Contenu de la formation

Alternants fondement théoriques et travaux pratiques, seront abordés :

  • L’historique et définition(s)
  • L’éthique
  • Les principes
  • Visite du lieu et étude de cas concrets
  • Le design
  • Le jardin-forêt
  • La permaculture « humaine »
  • Etude participative des projets des stagiaires
  • La permaculture en france et à l’internationale.

L’équipe des Escuroux s’agrandit! nous vous proposons également pour la première fois différents intervenants qui viendront enrichir ces 2 jours de leurs connaissances en différentes thématiques.

Les après-midis sont consacrés aux travaux pratiques : créations d’infrastructures, maraîchage, composts, greffes, cultures de shiitaké sur billons, multiplications diverses, le lieu offre un large éventail de pratiques à expérimenter in situ !

DSC01130

Informations pratiques

La formation aura donc lieue les 6 et 7 juin à Cayrols en sud cantal => lien google maps, de 9h30 à 17h30.

Tarifs : Le prix des formations s’élève à 45€/jour/personne

 

Vous trouverez ici un bulletin de pré-inscription P2T

Votre inscription sera définitive à réception d’un chèque d’arrhes de 20€/jour de formation/personne.
Nous vous ferons parvenir en retour :

  • un descriptif plus détaillé du stage
  • le plan d’accès
  • une liste de logements locaux (gîtes, chambres d’hôtes, …). C’est l’été, le camping est également possible sur la ferme, nous le faire savoir.

Merci de nous faire part d’un éventuel désistement au moins 2 semaines avant la formation prévue pour que nous puissions gérer la liste d’attente.

Vous trouverez là un PDF récapitulatif de la formation

Pour plus d’informations, nous contacter au 06 19 84 90 67 ou sur prise2terre@live.fr

Un jardin (presque) sans eau

L’eau est l’élément le plus répandu sur Terre et le principal constituant de la matière vivante. Les plantes contiennent jusqu’à 85% d’eau, les bébés 75% et, par exemple, Jean-Pierre Pernault autour de 60%. Sans doute moins.

C’est pourtant l’élément le plus mal réparti. En effet, 97.5% de l’eau sur Terre est… salée. Sur les 2.5% restant seulement 30% est disponible dans les nappes phréatiques (le reste se trouve dans les glaciers, le permafrost et dans l’air). L’eau totale utilisable pour les activités humaines représente donc moins de 1% de l’eau terrestre! (source). Et à savoir que près des 3/4 de cette eau est gâchée utilisée par l’agriculture. La bonne nouvelle c’est que la quantité d’eau n’a jamais changée et ne changera pas. C’est sa redistribution et sa salubrité qui posent déjà et qui vont rapidement poser problème…

La gestion de l’eau en permaculture est aussi importante que l’eau l’est à la vie. C’est le point clé du design en tant que ressource fondamentale. Les stratégies mises en œuvre sont donc celles-ci :

  • Réduire les besoins
  • Capter/Retenir/Stocker
  • Distribuer
  • Purifier (l’eau qui ressort d’un système en permaculture a une qualité égale ou supérieure à l’eau d’entrée).

Pour cette première partie je développerais la première stratégie « Réduire les besoins » qui est simple à mettre en œuvre et la clé de voûte de la gestion. Comme on dit en Auvergne : « le premier sou économisé est celui qu’on ne dépense pas », et bien ça marche aussi avec l’eau. On ne louera jamais assez le bon sens auvergnat…

Lire la suite

Pommes …

Le titre exact devrait être « Plantation d’un pré verger multiétagé à base de pommiers kazakhs, issu des principes de la permaculture dans le cantal », mais j’ai trouvé ça trop long.

La forêt kazakhe, une formation forestière unique, basée sur les rosacées

Au confins du Kazakhstan, au fond à droite vers le Kirghizstan, se trouve un massif forestier unique au monde, protégé depuis des millénaires par des montagnes infranchissables. L’étage dominant (la canopée) est constitué principalement de pommiers, clairsemés sur les crêtes, plus denses dans les fonds de vallées où il peut atteindre trente mètres de haut! Les étages inférieurs sont constitués de plantes pratiquement toutes comestibles : aubépine, prunier, abricotier, rose, vigne, argousier, framboisier, rhubarbe, etc. Berceau du mythe du Jardin d’Eden?

Autre chose, nos amis les ours ont fait un travail admirable de sélection des variétés fruitières les plus intéressantes gustativement, en particulier sur les pommiers : certains de ces pommiers sauvages peuvent produire des fruits savoureux avec un calibre rivalisant avec des variétés commerciales! Attention cependant aux sirènes, seulement 10% de ces pommiers géants ont une valeur gustative véritable! Leur intérêt peut être ailleurs…

Le malus sieversii (car il s’agit bien de lui) en tant qu’ancêtre de nos pommes actuelles est un réservoir génétique extraordinaire, en particulier pour des gènes de résistances aux maladies (tavelure en particulier). Dans le cadre d’un changement climatique ultra rapide et d’effondrement de la biodiversité, la diversité génétique est un gage de résilience fondamental. Peut-être, ces malus sieversii sauveront-ils nos pommiers des modifications qui se profilent? Lire la suite