Réalisation d’un jardin-mandala

SAMSUNG

Un petit tutorial pour vous aider à réaliser un jardin sur butte d’une forme assez particulière. J’avais un jardin à réaliser sur une grande surface et voulais faire quelque chose d’unique et si possible joli.Très intéressé par les « jardins en trous de serrures » (key-hole gardens), j’ai décidé de reproduire ce motif (pattern) pour former une fleur et avoir ainsi un grand espace de culture tout en courbe (52m2 de surface de culture en 2D, en sachant que la structure en butte augmente la surface d’environ 20%).

Grandement aidé par la joyeuse compagnie de « Genève en transition« , je m’en vais vous conter notre aventure.

Voiçi la recette :

  • A – Tracer un cercle au sol de 15m de diamètre. C’est la convention que j’ai utilisée, pour être franc le mien faisait 13 m, j’ai donc dû réduire la largeur de la butte (en vert sur le dessin) de 1.20 à 1m. Ce qui est suffisant mais pas optimum : 60cm de cultivable de l’extérieur et 60 cm de l’intérieur est un bon compromis production/lumbago.

Schéma 1 : Tracer d’abord les principaux axes

  • B– Tracer ensuite les axes horizontaux et verticaux, ainsi que les diagonales.

C’est une étape importante pour la symétrie et le rendu visuel ultérieur.

Pour les diagonales, le milieu des côtés du carré issu de la quadrature du cercle seront, une fois reliées au centre du cercle, les diagonales juste (voir schéma ci-dessus).

  • C– Tracer le centre des cercles qui constitueront une partie du mandala. Le périmètre des cercles touche le périmètre du cercle principal :

schéma 2 : comment faire un crop circle…

Le centre des cercles sera occupée par une zone circulaire de 1m de diamètre décaissée pour circuler et travailler, puis la butte d’1m20. Le reste des chemins, intérieurs comme extérieurs seront de 0.80m.

L’objectif est de décaisser toutes les parties qui seront destinées à la circulation (en jaune moutarde sur le dessin) et disposer la terre sur les parties dédiées aux buttes. Ainsi, pas besoin d’amener de la terre. Par contre attention à bien mettre les mottes découpée herbe contre terre. Ainsi privée de lumière, l’herbe va se décomposer et nourrir un peu plus le sol.

schéma 3 : détail des motifs composants le mandala

le trou de serrure est fini… mais pas le reste!

  • D– nous avons l’extérieur donc reste l’intérieur. A l’ intersection des zones « piétonnes » extérieures, seront les centres des cercles intérieurs qui feront se rejoindre buttes et sentiers. C’est à ce stade que l’on voit si votre figure est correctement proportionnée…

Ayé, vos motifs se rejoignent, pour le meilleur et parfois pour le pire!

  • E– Il reste à ouvrir la figure, parce qu’un jardin où l’on ne peut pas rentrer n’a pas grand intérêt. On choisira le cercle qui nous arrange et au lieu de le fermer, on continuera l’allée centrale (voir dessin plus haut). Il y a certainement d’autres moyens, mais celui-ci est le plus rapide. En effet, fin novembre la nuit tombe vite…

Le serpent cosmique, façade sud

Côté pratique, il faudra certainement mettre en place au moins un autre passage, pour éviter de faire des kilomètres en allers-retours.

Ensuite, on couvrira de bon compost (comme sur la photo ci-dessus), puis on disposera du paillis. Ici en l’occurrence ce sera des déchets de tontes, plus l’herbe débroussaillée sur l’emplacement.

Les prochaines pluies vont finir de tasser l’édifice et mieux stabiliser la terre. Au printemps sera semé dans les allées du trèfle blanc, pour pouvoir jardiner pieds nus, Ô suprême délicatesse!

Le fait de pailler le sol limitera grandement l’enherbement et l’arrosage. De plus, ensemencé en champignons, bactéries et autres bébêtes par le compost, ce paillage se décomposera rapidement pour continuer à nourrir le sol.

Chaque élément en permaculture doit avoir plusieurs fonctions, l’objectif de ce jardin est d’être :

  • beau
  • productif
  • de loisir
  • éducatif

Nous avons déjà là un lieu expérimental intéressant, périurbain (canton de Vaud, 10 kilomètres de Genève) qui pourra être un support éducatif intéressant pour des formations, à voir… En passant, ça peut servir à mettre en avant la fleur de la permaculture d’Holmgren pour des formations en permaculture (et oui, 7 pétales :))

Reste désormais à élaborer un plan de jardin adapté à cette forme particulière, finir le design complet du lieu (eau, arbres fruitiers, petits fruits, fleurs, …), mais ça c’est une autre histoire, à suivre!

Un jardin mandala en contre-jour…

Et en cadeau, voilà ce que ça donne du ciel :

Jardin MiesSi vous avez 15 m de diamètre de pelouse inutile, alors c’est le moment!

 

13 réflexions au sujet de « Réalisation d’un jardin-mandala »

    • On doit pouvoir faire sensiblement la même chose avec un trichetra ou un triskell… Reste le problème de passer d’un bord à l’autre du symbole… J’essaierais avec plaisir mais je n’ai pas de zone plate chez moi pour tester… des personnes intéressées???

    • bah non, un diamètre autour de 15m est le juste milieu pour réaliser cette figure (ne pas oublier qu’on est parti du postulat que les buttes faisaient 1.20 de largeur). après on peut changer la largeur des buttes, et pourquoi pas mettre que des fleurs, ou tout simplement changer de figure!

  1. Bonjour,
    voila quelques que votre projet est en terre. Pourriez vous nous transmettre de nouvelles photos ?
    Merci

    • bonjour,
      il se trouve que je n’habite plus cette région. Je fourni des photos du jardin quand j’en ai. C’est à dire pas (ou peu souvent). La photo aérienne est de cette année par exemple. Je relancerais mes amis de Genève, promis

  2. Bonjour ,je me prénomme Eric ,j’ ai la chance d’avoir en compagnie de deux amis , le projet de faire un jardin en permaculture , en jardin mandala ,alors si vous avez :des tuyaux ,des conseils ,des photos ,cela ne pourra que nous aider.Merci pour le coup de main.

  3. Bonjour, j’aimerais savoir si vous avez eu l’idée, ou si cela pourrait etre une possibilité de faire une mare au centre?
    merci
    Aude

    • Comme disait Mollison « la seule limite c’est l’imagination ». Tout élément est bienvenu, tant que ça n’interfère pas négativement sur les autres éléments du système. Là, en l’occurence, ce n’est que du positif : biodiversité, bioclimatisme positif, espace de stockage d’eau d’arrosage, plantes aquatiques comestibles, pisciculture pourquoi pas, tout est imaginable!

  4. Bonjour,
    Je ne comprend pas très bien quel sot les interet du jardin mandala; permet-il de gagner de l’espace? de multipliez les interfaces d’échanges? Merci pour botre site et votre experience, lucia

    • – c’est beau
      – oui ça permet de gagner de l’espace
      – oui ca multiplie les surfaces d’échanges
      – ca change
      – après ça reste des cultures en buttes traditionnelles, mais on gagne encore de la variabilité bioclimatique (ombre/lumière, sud/nord, est/ouest et tous les entre-deux)
      – j’en oublie sûrement mais c’est déjà pas mal!
      Merci de votre lecture 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s